Le parc le dimanche

J’imagine que comme toutes les pinguinalités, la vôtre a dû vous demander sa promenade du dimanche. La mienne n’a pas fait exception et je l’ai emmenée cet après-midi au parc de ma commune. Elle l’adore et comme il y a un petit étang, elle se plait à regarder les canards faire leurs petits ronds dans l’eau… Je suis quasi persuadé qu’elle adorerait les rejoindre… si l’eau n’était pas aussi froide.

Ma pinguinalité a fait quelques petits bonds de joie dans l’herbe, a contemplé les fleurs (les primevères, les perce-neige, les pensées…), s’est mise à respirer les douces effluves… et s’est mise à rêver à des voyages sous d’autres cieux (du moins, c’est ce qu’elle m’a confié). Elle était très contente de son petit tour et m’a remercié de l’avoir emmené, ça m’a fait très plaisir. Quand elle est heureuse, je le suis également ! Il faut croire que le bonheur se partage entre humain et pinguinalité !

Advertisements