Un gros rhume…

Hier, une dame d’une quarantaine d’années nous a apporté son auvairniton bourgrire, fort enrhumé. Elle ne comprenait pas du tout ce qui pouvait le rendre dans cet état sachant qu’il n’était pas allé dans un endroit climatisé, que ça ne lui était jamais arrivé auparavant…

De suite, on a pensé à une allergie. On lui a demandé s’il avait été en contact avec des poils d’un animal qu’il n’avait pas l’habitude de cotoyer. Non selon sa propriétaire… On a consulté les indices de pollution – et pas de hausse particulièrement significative. On lui a demander s’il s’était rendu dans un lieu poussiéreux… Non plus ! On a alors songé au pollen. Pour nous, il s’agit certainement de cela et nous lui avons donné un traitement préventif. Le rhume semble être passé mais le petit auvairniton bourgrire n’échappera pas aux tests spécifiques pour déterminer la substance à laquelle il réagit… On verra ça la semaine prochaine…

Je vous souhaite une excellente fête de la musique !

Advertisements

Les tragédies du quotidien

En lisant ce titre, vous devez sans doute vous demander de quoi il s’agit. Hier, une femme est venue à l’élevage avec son auvairniton bourgrire gravement brûlé au visage et aux mains. Le pauvre hurlait et mon père a dû lui faire une injection d’anti douleur à très fort dose. Même avec ce traitement, les cris persistaient et ça a duré plusieurs heures.

Nous avons demandé ce qui s’était passé à sa propriétaire. Elle nous a expliqué que son woualalé avait réussi à attraper un manche de casserole et s’était renversé le contenu sur lui…Une tragédie qui arrive beaucoup plus souvent qu’on ne le pense. Et croyez nous, ça n’arrive pas qu’aux autres…

Tout le monde pense faire attention à ses auvairniton bourgrire et pourtant des catastrophes similaires se produisent tous les jours. Nous ne pouvons que vous encourager à faire davantage attention à vos petits monstres. Il mérite bien cette part d’attention que vous pouvez leur accorder, non ?

Cette expérience m’a de nouveau montré à quel point ce métier était exigeant et n’était pas rose tous les jours. Heureusement pour moi, je crois que rien ne me fera changer d’avis ! Je suis très résistant dans ma tête et je garderai cette idée en moi : les auvairniton bourgrire en valent la peine !